CEO-MAG 116

Sommaire

�ditorial#3Courrier Oricien#4Good Links / Bonnes Adresses / Liste Contacts#8Le Troisi�me Mill�naire#9Les Carr�s Magiques en Forth#10Sauvegarde des Variables en BASIC sous SEDORIC#12The ORIC Library / La Librairie ORIC#13R�alisez vos Cartouches PB5 (7)#15Revue de Presse (La Cote Desfoss�s)#18Euphoric et FTDOS Jasmin (2)#19Divertissement G�om�trique#22Shoot Again (24) “Mushroom Mania”#23Compl�tez votre Collection de CEO- MAG#24Nostalgie… Nostalgie…#25Quand la Folie de lÉmulation nous prend… (1)#27Des Trucs pour Tricher, Astuces pour Gagner (3)#30

Edito

La bogue de l’an 2000 frapperait-elle aussi l’ORIC ? Notre machine favorite aurait-elle donc une horloge secr�te ? Il ne semblait pourtant pas que ce fut le cas, hors le p�riph�rique fant�me du TELESTRAT (voir notre couverture de d�cembre) et quelques programmes d’horloge plus ou moins pr�cis. Le petit monde de l’ORIC �tait donc bien le seul à se gausser de cette terreur g�n�rale de l’an 2000. Rudimentaire l’ORIC ? Certes, mais cela devrait pr�senter aussi quelques avantages !Non, notre ORIC n’est pas pass� brutalement de l’ann�e 1999 à l’ann�e 1900 ! Rassurez-vous, cette carte 1900, n’est là que pour vous souhaiter une bonne et heureuse nouvelle ann�e. Savez-vous qu’en fait la tradition des cartes de nouvel an remonte exactement à 1900, avecune apparition à tr�s petite �chelle. Mais ce n’est que vers 1904-1906 que cette mode prit vraiment son essor.Que souhaiter aux Oriciens pour ce nouveau si�cle (ce nouveau mill�naire ?). Tout d’abord et avant tout, que notre ORIC nous procure à tous beaucoup de plaisir et suscite parmi nous un regain d’innovation. Il y a mille mani�res de s’amuser avec un ORIC. En retrouvant de temps en temps quelque vieux programme qui fit notre bonheur il y a 10 ou 15 ans ! En admirant le g�niede certains programmeurs actuels qui poussent l’ORIC dans ses plus profondes limites (d�mos et jeux �poustouflants). En admirant encore l’astuce des quelques �lectroniciens qui dans nos rangs d�multiplient les possibilit�s de nos machines, parfois avec un simple fil �lectrique et une touche de g�nie (PB5). En bidouillant soi-m�me un bout de programme, voire une petite am�lioration de ROM ou de DOS.On peut tout faire avec un ORIC, m�me des feux d’artifice, et je ne parle pas de court-circuits, mais de pyrotechnie (voir les MAG de Juillet/Ao�t et Septembre). Il faudrait recenser toutes les applications bizarres dans lesquelles un ORIC à �t� employ�, du relais de t�l�vision à la fabrication de la bi�re, en passant par la classique gestion (professionnelle) de stock. Mais bon, peut-�tre vaut-il mieux cr�er du neuf. L’ORIC est un loisir pas plus b�te qu’un autre, et m�me, compte tenu de ses limites, beaucoup plus intelligent, car faisant appel à la r�flexion plus qu’à la consommation !Bien Oricalement,Andr�Andr� Ch�ramy 42920 JEANSAGNIERE

Laisser un commentaire